Plotin : Du beau

Le beau affecte principalement le sens de la vue. Cependant l'oreille le perçoit aussi, soit dans l'harmonie des paroles, soit dans les divers genres de musique : car des chants et des rythmes sont également beaux. Si nous nous élevons du domaine des sens à une région supérieure, nous retrouvons également le beau dans les occupations, dans les actions, dans les habitudes, dans les sciences, aussi bien que dans les vertus. Y a-t-il encore une beauté supérieure ? c'est ce que nous découvrirons par la discussion. Quelle est donc la cause qui fait que certains corps nous paraissent beaux, que notre oreille écoute avec plaisir des rhythmes qu'elle juge mélodieux, que nous aimons des beautés purement morales? La beauté de tous les objets dérive-t-elle d'un principe unique, immuable, ou bien reconnaîtrons-nous tel principe de beauté pour le corps, tel autre pour une autre chose ? Quels sont alors ces principes, s'il y en a plusieurs ? Quel est ce principe, s'il n'y en a qu'un ?

D'abord il y a des objets, les corps par exemple, chez lesquels la beauté, au lieu d'être inhérente à l'essence même du sujet, n'existe que par participation; d'autres au contraire sont beaux par eux-mêmes : telle est, par exemple, la vertu. En effet, les mêmes corps nous paraissent tantôt beaux, tantôt dépourvus (le beauté, en sorte qu'être corps est une chose fort différente d'être beau. Quel est donc le principe dont la présence dans un corps y produit la beauté? voilà la première question à résoudre. Qu'est-ce qui dans les corps émeut le spectateur, attire, attache et charme son regard ? Une fois ce principe trouvé, nous nous en servirons comme d'un point d'appui pour résoudre les autres questions.

Est-ce, comme tous le répètent, la proportion des parties relativement les unes aux autres et relativement à l'ensemble, jointe à la grâce des couleurs, qui constitue la beauté quand elle s'adresse à la vue? Dans ce cas, la beauté des corps en général consistant dans la symétrie et la juste proportion de leurs parties, elle ne saurait se trouver dans rien de simple, elle ne peut nécessairement apparaître que dans le composé. L'ensemble seul sera beau ; les parties n'auront par elles-mêmes aucune beauté : elles ne seront belles que par leur rapport avec l'ensemble.

Cependant, si l'ensemble est beau, il paraît nécessaire que les parties aussi soient belles; le beau ne saurait en effet résulter de l'assemblage de choses laides. Il faut donc que la beauté soit répandue sur toutes les parties. Dans le même système, les couleurs qui sont belles, comme la lumière du soleil, mais qui sont simples, et qui n'empruntent pas leur beauté à la proportion, seront exclues du domaine de la beauté. Comment l'or sera-t-il beau? Comment l'éclair brillant dans la nuit, comment les astres seront-ils beaux à contempler? Il faudra prétendre de même que, dans les sons, ce qui est simple n'a point de beauté.

Cependant dans une belle harmonie, chaque son, même isolé, a sa beauté propre. Tout en gardant les mêmes proportions, un même visage parait tantôt beau, tantôt laid. Comment ne pas convenir alors que la proportion n'est pas la beauté même, mais qu'elle emprunte elle-même sa beauté à un principe supérieur ? Passons maintenant aux occupations, aux discours. Prétend-on que leur beauté dépende aussi de la proportion? Alors en quoi fait-on consister la proportion quand il s'agit d'occupations, de lois, d'études, de sciences ? Comment les spéculations de la science peuvent-elles avoir entre elles des rapports de pro-portion? Dira-t-on que ces rapports consistent dans l'accord que ces spéculations ont entre elles ? Mais les choses mauvaises elles-mêmes peuvent avoir entre elles un certain accord, une certaine harmonie : ainsi prétendre par exemple que la sagesse est simplicité d'esprit et que la justice est une sottise généreuse, ce sont là deux assertions qui s'accordent parfaitement, qui sont tout à fait en harmonie et en rapport l'une avec l'autre. Ensuite, toute vertu est une beauté de l'âme beaucoup plus vraie que celles que nous avons précédemment examinées : comment peut-il y avoir proportion dans la vertu puisqu'on n'y trouve ni grandeur, ni nombre? L'âme étant divisée en plusieurs facultés, qui déterminera dans quel rapport doit s'effectuer, pour produire la beauté, la combinaison de ces facultés ou des spéculations auxquelles l'âme se livre? Enfin comment y aura-t-il beauté dans l'intelligence pure [si la beauté n'est que la proportion] ?

Ennéades.

En ce temps-là, au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples, il fut bouleversé en son esprit et il rendit ce témoignage :"Amen amen, je vous le dis : l'un de vous me livrera."