Saint Augustin

Qu'est-ce que la robe nuptiale ?

Le roi entra alors pour examiner les convives, et il aperçut là un homme qui ne portait pas la tenue de noces. Mon ami, lui dit-il, comment es-tu entré sans avoir la tenue de noces ? L'autre resta muet. Alors le roi dit aux valets : Jetez-le, pieds et poings liés dans les ténèbres : là où seront les pleurs et les grincements de dents. Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. (Matthieu , XXII, 11).

1. Tous les fidèles connaissent les noces et le festin du fils du Roi; on sait aussi que cette table divine est dressée pour quiconque est de bonne volonté. Mais si rien n'empêche d'en approcher, il faut faire grande attention aux dispositions qu'on y apporte. Les Saintes Ecritures nous enseignent effectivement que le Seigneur a deux banquets : l'un où se rendent les méchants avec les bons, et l'autre d'où sont exclus les méchants. Voilà pourquoi il y a des méchants comme des bons au festin sacré dont il vient d'être question dans l'Evangile. Tous ceux qui se sont excusés d'y venir sont méchants; mais il ne faut pas considérer comme bons tous ceux qui s'y sont rendus. C'est à vous donc que j'adresse la parole, vous, bons convives, qui prenez au sérieux ce grave enseignement : "Celui qui mange et qui boit indignement, mange et boit sa propre condamnation"(I Cor XI, 29); à vous tous qui êtes bons j'adresse donc la parole et je vous dis : ne cherchez pas les bons en dehors, et en dedans souffrez les méchants.

2. A prendre la bonté dans toute sa perfection, il n'y a réellement que Dieu pour être bon. Le Seigneur le dit à la manière la plus expresse : "Pourquoi m'interroger sur ce qui est bon ? Dieu seul est bon" (Mt XIX, 17). Mais s'il n'y a que Dieu pour être bon, comment se trouvent-ils à des noces divines des bons avec les méchants ?

Sachez d'abord que sous un certain rapport nous sommes tous mauvais; et sous un autre rapport, nous ne sommes pas tous bons. Pouvons-nous en effet nous comparer aux apôtres ? Et pourtant le Seigneur leur disait : "Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants". Il y avait sans doute, au témoignange des Ecritures un Apôtre mauvais parmi les douze; c'est à lui que le Sauveur faisait allusion dans ces mots : "Vous êtes purs, mais pas tous" (Jn XIII, 10). Quand néanmoins il s'adresse à tous en général il leur dit : "Si vous qui êtes mauvais". Alors étaient présents et Pierre et Jean et André et tous les autres qui faisaient partie des onze apôtres fidèles; c'est à eux qu'il fut dit : "Si, tous mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux en donnera-t-il de bonnes à ceux qui les lui demandent" (Mt VII, 11). Ils devaient se décourager, en s'entendant dire qu'ils étaient mauvais; mais aussi devaient-ils respirer, en entendant que dans les cieux ils avaient Dieu pour père.

3. En quoi donc étaient-ils mauvais ces apôtres qui sûrement étaient bons à quelque point de vue ? Car s'il leur fut dit : "Tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants"; il fut ajouté immédiatement : "Combien plus votre Père qui est dans les cieux"; et si Dieu a des enfants mauvais, il ne faut pas désespérer de leur sort, car il est aussi médecin pour les guérir. Oui donc ils étaient mauvais sous un certain rapport; j'estime toutefois que si ces convives, admis par le Père de famille aux noces du Roi son fils, comptaient parmi ceux dont il est écrit "On invita les bons et les méchants"; toutefois on ne doit pas les confondre avec ces mauvais que nous avons vu chassés du festin dans la personne de ce malheureux qui n'avait point la robe nuptiale. En quoi, dis-je, étaient mauvais ces bons ? Et en quoi bons ces mauvais ?
Ecoute Jean, il t'apprendra en quoi ils étaient mauvais : "Si nous prétendons être sans péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est pas en nous." Voilà ce qui les rendait mauvais, c'est qu'ils n'étaient pas sans péché. En quoi maintenant étaient-ils bien ? "Si nous confessons nos péchés, Dieu est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de toute iniquité." (Jn I, 8-9).
Mais pouvons-nous appliquer ici cette interprétation qui s'appuie, vous le voyez sans doute, sur l'autorité de l'Ecriture, et dire que les mêmes hommes étaient à la fois bons et mauvais, bons sous un rapport et mauvais sous un autre ? Pouvons-nous expliquer dans ce sens ces paroles :"On invita les bons et les méchants", c'est à dire des hommes qui étaient à la fois bons et méchants ? Non ce sens n'est pas admissible; car il y a ici un convive qui fut dcouvert sans la robe nuptiale et non seulement éloigné du festin, mais encore condamné, dans les ténèbres, à l'éternel supplice.

4. Quoi ! dira-t-on; mais il ne s'agit ici que d'un homme; et qu'y a-t-il d'étrange, qu'y a-t-il de surprenant que les serviteurs du Père de famille aient par mégarde laissé entrer dans la foule un homme qui n'avait point l'ornement nuptial ? La présence de cet homme suffirait-elle pour justifier ces expressions : "On invita les bons et les méchants" ?  - Appliquez-vous, mes frères, et saississez bien ma pensée.
Cet homme représentait toute une catégorie; car il y en avait beaucoup comme lui. - Je me soucie peu de tes conjectures, m'objectera ici un auditeur attentif : prouve-moi qu'un faisait plusieurs. - Le Seigneur m'aidera et je le prouverai clairement, sans même chercher loin mes preuves; car avec la grâce de Dieu je porterai la lumière dans sa parole et lui-même vous fera connaître par moi la vérité avec évidence. Voyons.
"Le Père de famille étant entré pour examiner ceux qui étaient à table." Ainsi mes frères, le rôle des serviteurs n'était que d'inviter et d'amener les bons et les méchants; il n'est pas dit :"Les serviteurs considèrèrent les convives, ils trouvèrent parmi eux un homme qui n'avait pas le vêtement nuptial et ils lui dirent. Cela donc n'est pas écrit. C'est le Père de famille en personne qui regarde, qui découvre, qui distingue et qui chasse le coupable. Voilà ce qui est écrit. Mais ce que nous avons entrepris de prouver, c'est qu'un seul en faisait plusieurs.
"Le Père de famille entra pour examiner les convives; il rencontra parmi eux un homme qui n'avait pas le vêtement nuptial et lui dit : Comment es-tu entré ici sans la robe nuptiale ? Et lui resta muet." Ah ! c'est qu'il ne pouvait en imposer à Celui qui le questionnait. L'ornement nuptial devait être dans le coeur et non couvrir le corps; car s'il se fût agi d'un vêtement extérieur, les serviteurs eux-mêmes ne s'y seraient pas mépris. Apprenez en effet où doit se porter ce vêtement mystérieux : "Que vos prêtres, est-il écrit, soient revêtus de justice" (Ps CXX, 9). Et l'Apôtre dit en parlant du même vêtement : "Si toutefois nous sommes vêtus et non pas nus" (II Cor V, 3).
Aussi bien, c'est le Seigneur lui-même qui découvre ce qu'ignoraient les serviteurs; et le coupable interrogé gardant le silence, c'est lui encore qui le fait lier, jeter et condamner par tous les autres.
Mais j'ai avancé, Seigneur, que c'est un avertissement adressé par vous à tous les hommes. Donc mes frères, rappelez-vous avec moi les paroles que vous venez d'entendre et bientôt vous découvrirez, vous comprendrez que dans ce convive il y en a beaucoup d'autres. Le Seigneur, sans aucun doute, n'en avait interrogé qu'un, c'est à un seul qu'il avait dit : "Mon ami, comment es-tu entré ici ?" Il n'y en eut qu'un non plus pour rester muet et c'est de lui seul qu'il fut dit : "Liez-lui les pieds et les mains et jetez-le dans les ténèbres extérieures : là il y aura pleur et grincements de dents." Et pourquoi ? "Parce qu'il y a beaucoup d'appelés mais peu d'élus." Qui pourrait résister à cet éclat de la vérité ? "Jetez-le dit le Seigneur, dans les ténèbres extérieures." Qui, lui ? Ce seul convive à propos duquel il est déclaré qu'"il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus." Il s'ensuit donc que c'est le petit nombre qui n'est pas jeté dehors. Oui, encore une fois, il n'y en avait qu'un pour ne pas porter la robe nuptiale. "Celui-là, jetez-le". Pourquoi le jeter ? "Parce qu'il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus." Laissez ici le petit nombre, jetez le grand. Non, il n'y en avait qu'un; mais ce seul convive en représentait un grand nombre, un nombre qui l'emportait sur le nombre des bons. Les bons aussi sont en grand nombre; ce nombre toutefois est petit, comparé à celui des méchants. Si multipliés que sont les grains de froment, que sont-ils en quantité par rapport à la paille ? Ainsi en est-il des justes : nombreux en eux-mêmes, ils ne le sont point en face des méchants.
Comment prouver qu'en eux-mêmes ils sont nombreux ? "Beaucoup viendront de l'Orient et de l'Occident. " Où viendront-ils ? Est-ce au banquet où sont confondus les méchants avec les bons ? C'est d'un autre banquet qu'il est question, car le Seigneur ajoute : "Et ils seront à table avec Abraham et Isaac et jacob dans le royaume des cieux." (Mt VIII, 11.) A ce dernier banquet les méchants ne sont pas admis, et il faut pour y parvenir, s'asseoir dignement au festin actuel. Ainsi donc les élus sont à la fois en grand et en petit nombre; en grand, si on les considère en eux-mêmes, et en petit nombre, si on les compare aux méchants. Quel est alors l'enseignement que nous donne le Seigneur ? En recontrant le seul convive qui n'ait pas la robe nuptiale : qu'on jette dehors la multitude, dit-il, et qu'on conserve le petit nombre seulement. Déclarer en effet qu'"il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus", n'est-ce pas évidemment faire connaître quels sont les convives dignes d'être admis à cet autre banquet où ne s'assoiront point les méchants ?

5. Qu'en conclure ? Vous tous qui prenez part au festin sacré dans la vie présente, ah ! gardez-vous de la multitude qui doit être rejetée, soyez plutôt du petit nombre qui doit être conservé. Quel moyen emploierez-vous ! Revêtez-vous de la robe nuptiale. - Mais qu'est-ce, dira-t-on, que la robe nuptiale ?  - La robe nuptiale est, sans aucun doute, une robe qui n'appartient qu'aux bons, qu'à ceux qui doivent rester eu festin et qui sont destinés à cet autre banquet où nul méchant ne doit être admis : ceux donc qui par la grâce de Dieu doivent être conduits à ce banquet possèdent la robe nuptiale. Maintenant, mes frères, examinons quels sont, parmi les fidèles, ceux qui possèdent ce que n'ont pas les méchants : ce sera là la robe nuptiale.
Dirons-nous que les sacrements sont cette robe nuptiale ? Mais vous voyez que les méchants y sont admis aussi bien que les bons. Dirons-nous que c'est le baptême ? Sans le baptême à la vérité, nul n'arrive à la jouissance de Dieu; mais cette jouissance est loin d'être assurée à quiconque a reçu le baptême; et la robe du baptême se trouvant portée par des méchants comme par les bons, le sacrement de baptême n'est pas assurément la robe nuptiale. Serait-ce l'autel ou plutôt ce qu'on y reçoit ? Mais nous savons que beaucoup y mangent et y boivent leur condamnation. Qu'est-ce donc ? Le jeûne ? mais les méchants jeûnent aussi. La fréquentation de l'église ? Les méchants y viennent également. Serait-ce enfin le don des miracles ? Non seulement les méchants en font comme les bons; il arrive quelquefois aux bons de n'en pas faire. Voyez l'histoire de l'ancien peuple : les Mages de Pharaon nous y sont représentés faisant des miracles, tandis que les Israëlites n'en faisaient pas; car parmi eux il n'y avaient pour en faire que Moïse et Aaron; le reste du peuple se contentait de les regarder, de trembler et de croire. S'imaginera-t-on que les Mages de Pharaon, en faisant des miracles, valaient mieux que le peuple d'Israël qui ne pouvait en faire et qui ne laissait pas d'être le peuple de Dieu ? Au sein de l'Eglise même, que dit l'Apôtre ? "Tous sont-ils prophètes ? Tous ont-ils la grâce de guérir ? Tous parlent-ils les langues ?" (I Cor XII, 29-30).

6. Qu'est-ce donc que la robe nuptiale ? Le voici : "La fin des préceptes est la charité qui vient d'un coeur pur, d'une bonne conscience et d'une foi sincère. " (I Cor XII, 29-30). Voilà la robe nuptiale. Ce n'est pas une charité telle quelle; car il est beaucoup d'hommes qui paraissent s'aimer, quoique leur conscience soit en mauvais état. Ainsi ceux qui commettent ensemble des brigandages, qui exercent ensemble des malfices, qui courent ensemble les histrions et qui ensemble applaudissent les cochers et les gladiateurs, s'affectionnent souvent : mais ils n'ont pas "la charité qui vient d'un coeur pur, d'une bonne conscience et d'une foi sincère", et cette charité est la robe nuptiale.
"Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, est-il dit, je suis comme un airain sonnant ou une cymbale retentissante." On a reçu le don des langues; ce don seul n'empêche donc pas de dire : pourquoi êtes-vous entré ici sans la robe nuptiale ? "Et quand j'aurais le don de prophétie, que je connaîtrais tous les mystères et toute la science; quand j'aurais toute la foi, au point de transporter les montagnes, si je n'ai point la charité, je ne suis rien." Ne voit-on pas ici les miracles de ces hommes qui souvent n'ont pas la charité ? En vain, dit l'Apôtre, je pourrais les opérer tous, je ne suis rien si je ne suis pas uni au Christ.
S'ensuit-il que la prophétie ne soit rien ? Que la science des mystères ne soit rien ? Non, assurément ; mais c'est moi qui ne suis rien, si je possède ces dons sans posséder la charité. Que de biens inutiles s'il en manque un, un seul ? Je puis, sans la charité, distribuer mes biens aux pauvres, confesser le nom du Christ jusqu'à verser mon sang et me faire consummer par la flamme, car on peut faire tout cela par amour de la gloire ; mais alors, tout cela reste vain. Et comme l'amour de la gloire peut rendre vaines toutes ces actions, que la divine charité aurait rendues si riches, l'Apôtre en parle aussi ; voici ses paroles : "Quand je distribuerais tous mes biens pour être la nourriture des pauvres, et que je livrerais mon corps pour être brulé, si je n'ai point la charité, cela ne sert à rien." (I Cor XIII, 1-3).Voilà bien la robe nuptiale.
Examinez-vous : si vous l'avez, soyez en paix au festin du Seigneur. Il y a deux choses dans l'homme : la charité et l'amour de soi. Si tu n'as pas encore la charité, fais-la naître; et si tu l'as, nourris-la, développe-la, fais-la croître. Quant à l'amour-propre, on ne peut sans doute complètement l'anéantir dans cette vie ; "car si nous prétendons être sans péché, nous nous séduisons nous-mêmes et la vérité n'est point en nous." Mais si la mesure de notre amour-propre est la mesure de nos péchés, faisons croître la charité et decroître l'amour-propre, menons l'une à sa perfection et l'autre à son anéantissement. Revêtez-vous donc de la robe nuptiale, vous, dis-je, qui ne l'avez pas encore. Vous êtes déjà dans la salle du festin, vous vous approchez de la table sainte, et vous ne portez pas le vêtement que réclame l'honneur de l'époux ! La robe nuptiale est destinée à honorer l'union conjugale, à honorer l'époux et l'épouse. Vous connaissez l'époux, c'est le Christ; l'épouse, c'est l'Eglise. Soyez pleins d'égard pour l'un et pour l'autre et vous deviendrez leurs enfants.
Voici donc en quoi vous devez faire des progrès : aimez le Seigneur, et apprenez par là à vous aimer vous-mêmes ; et lorsqu'en aimant le Seigneur vous serez parvenus à vous aimer, vous pourrez en toute sécurité aimer votre prochain comme vous-mêmes. Quand en effet je rencontre un homme qui ne s'aime pas, comment lui permettrai-je d'aimer son prochain contre lui-même ?  - Mais qui ne s'aime soi-même, dira-t-on ? Voici : "Aimer l'iniquité, c'est haïr son âme." (Ps, X, 6).  Est-ce en effet s'aimer que d'idolâtrer sa chair et de haïr son âme, et cela à son détriment, au détriment de l'âme et de la chair elle-même ? Mais quand on aime Dieu de tout son coeur et de tout son esprit, je permets alors d'aimer le prochain. Aimez ainsi votre prochain comme vous-mêmes.

7. Qui est mon prochain, demandera-t-on ? - Tout homme est ton prochain. Tous en effet ne sommes-nous pas descendus de deux premiers parents ? On voit parmi les animaux des individus de chaque espèce se rapprocher ; la colombe se rapproche de la colombe, le léopard du léopard, l'aspic de l'aspic, la brebis de la brebis, et l'homme ne serait pas le prochain de l'homme ? Rappelez-vous la création du monde. Dieu dit, et les eaux produisirent ; elles produisirent des animaux qui nagent, de grands cétacés, des poissons, des oiseaux mêmes et d'autres êtres semblables. Mais tous les oiseaux descendent-ils d'un oiseau ? Tous les vautours d'un premier vautour ? Toutes les colombes d'une même colombe ? Tous les serpents d'un seul serpent ? Toutes les dorades d'une seule dorade ? Enfin toutes les brebis d'une seule brebis ? Non, la terre a produit en même temps toutes les espèces d'animaux. Mais quand il s'agit de l'homme, la terre ne l'a point produit ainsi. Dieu nous a donné un même père ; remarquez, il ne nous a pas donné d'abord un père et une mère ; non, il nous a donné un père seulement et non pas un père et une mère. La mère a été tirée du père et le père n'a été tiré de personne ; c'est Dieu qui l'a fait sien, tandis que de lui il a formé la mère.
Considérez donc notre race ; nous sortons tous d'une même source, et parce que cette source primitive s'est aigrie, nous avons dégénéré et nous ne sommes que des oliviers sauvages. Mais la grâce est venue ensuite. Un premier père nous avait engendrés pour le péché et pour la mort, sans nous empêcher toutefois de former la même famille, d'être proches les uns des autres ; nous seulement de nous ressembler, mais encore d'être parents. Un autre vint réparer l'oeuvre du premier. L'un avait dispersé, l'autre vint recueillir : l'un avait donné la mort, l'autre vint donner la vie. Car "de même que tous nous mourons en Adam, ainsi nous serons vivifiés en Jésus-Christ." (I Cor XV, 22). Quiconque naît d'Adam est destiné à la mort ; quiconque aussi croit en Jésus-Christ recouvre la vie, mais à condition qu'il aura la robe nuptiale et qu'il sera invité au festin pour y rester et non pour en être chassé.

8. Ainsi donc, mes frères, ayez la charité. Je viens de vous faire connaître en quoi consiste la robe nuptiale, le vêtement proprement dit. On loue la foi, sans aucun doute, on la loue. Mais laquelle ? C'est ce que précise l'Apôtre. Quelques-uns se glorifiaient de leur foi, sans avoir les moeurs qui y répondissent : l'Apôtre saint Jacques les réprimande en ces termes : "Tu crois qu'il n'y a qu'un Dieu, tu fais bien. Les démons croient aussi et ils tremblent." (Ja II, 19) Pourquoi les félicitations données à Pierre ? Pourquoi fut-il appelé bienheureux ? Rappelons-le ensemble : c'est qu'il avait dit : "Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant." (Mt XVI, 16-17). Mais en déclarant cet Apôtre bienheureux, le Christ avait en vue, non les paroles elles-mêmes, mais l'affection du coeur qui les inspirait. Voulez-vous vous convaincre en effet que le bonheur de Pierre ne vint pas de les avoir prononcées ? Considérez que les démons les prononcèrent également : "Nous savons qui vous êtes, disaient-ils, vous êtes le Fils de Dieu;" (Mc I, 24) Pierre confessa que Jésus était le fils de Dieu ; les démons le confessèrent aussi. - Ah ! Seigneur, ne confondez pas l'un avec les autres - Je ne les confonds pas ensemble. Pierre parlait avec amour, et les démons par crainte. L'un disait : "Je vous suis jusqu'à la mort" (Lc XXII, 33); et les autres : "Qu'y a-t-il entre nous et vous ?"(Mt VIII, 29)
Toi donc qui te présente au festin, garde-toi de te glorifier de ta foi si elle est seule. Il y a une distinction à faire entre foi et foi, c'est le moyen de porter la robe nuptiale. Or apprenons de l'Apôtre cette distinction importante : "Ni la circoncision, dit-il, ni l'incirconcision ne servent de rien, mais la foi." - Quelle foi ? N'est-il pas vrai que les démons mêmes ont la foi et qu'ils tremblent ?  - Je vais préciser, reprend-il, écoutez; voici la distinction : "Mais la foi qui agit par la charité". (Gal. V, 6) Quelle est donc cette foi, quelle est-elle ? Celle "qui agit par la charité". - Car, "lors même que j'aurais toute la science et toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien." Ayez donc la foi avec l'amour ; car sans la foi vous ne pouvez avoir l'amour. Je vous en préviens, je vous y exhorte, et au nom du Seigneur je vous répète de joindre l'amour à la foi. Vous pouvez en effet posséder la foi sans l'amour, et je ne vous exhorte pas précisément à avoir la foi, mais la charité; puique sans la foi, vous ne sauriez avoir la charité, la charité même envers Dieu et envers le prochain. Comment en effet concevoir cette charité sans la foi ? Est-il possible d'aimer Dieu si l'on ne croit pas en lui ? Est-il possible à un insensé de l'aimer quand il dit dans son coeur : "Il n'y a point de Dieu." (Ps XIII, 34). Il peut se faire que tu croies à l'avènement du Christ sans aimer le Christ ; mais il ne t'est pas possible d'aimer le Christ sans reconnaître qu'il est venu.

9. Ainsi donc à la foi joignez la charité ; la charité est la robe nuptiale. Vous qui aimez le Christ, aimez-vous les uns les autres, aimez vos amis, aimez vos ennemis mêmes, et que ce dernier devoir ne vous semble pas trop rigoureux. Est-ce perdre en effet que d'acquérir beaucoup ? Pourquoi tenir tant à demander à Dieu la mort de ton ennemi ? Ce n'est point là le vêtement nuptial. Considère l'Epoux lui-même ; il est pour toi suspendu à la croix et pour ses ennemis il prie son Père : "Mon Père, dit-il, pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font." (Lc XXIII, 34). C'est l'Epoux même qui tient ce langage. Ecoute maintenant un ami de l'Epoux, un convive revêtu de la robe nuptiale, le bienheureux Etienne.
Aux reproches qu'il adresse aux Juifs on croirait d'abord qu'il est indigné et irrité : "Durs de tête et incirconcis de coeur et d'oreilles, vous avez réssité à l'Esprit-Saint. Lequel des prophètes vos pères n'ont-ils pas persécuté ?" Quelles paroles énergiques ! Tu es disposé à les imiter contre le premier venu, et plaise à Dieu que tu les répète contre quiconque a offensé le Seigneur et non pas contre celui qui t'a offensé ! Oui, on offense Dieu et tu ne dis rien ; mais tu cries quand on t'offense : est-ce là la robe nuptiale ? Mais après avoir entendu la sainte indignation d'Etienne, écoute son amour. Il a blessé ses ennemis en leur adressant de justes reproches, et ils le lapident. Or pendant que de toutes parts ces furieux se jettent sur lui, le saisissent et le broient à coup de pierres : "Seigneur Jésus-Christ, s'écrie-t-il d'abord, recevez mon esprit." Pis, après avoir ainsi prié debout pour lui-même, il s'agenouille et prie pour ceux qui le lapident : "Seigneur, ne leur imputez pas ce péché." J'accepte la mort du corps, préservez-les de la mort de l'âme ; et en parlant ainsi, il s'endormit (Ac VII, 51-59) ; il n'ajouta rien à ces derniers mots, il les prononça et s'en alla ; sa dernière prière fut pour ses ennemis. Apprenez à porter ainsi la robe nuptiale.
Comme lui donc, ploie les genoux, jette-toi le front contre terre et avant d'approcher de la table sainte, du banquet des Ecritures, garde-toi de dire : Ah ! si mon ennemi mourait ! mettez-le à mort Seigneur, si je puis quelque chose près de vous. Ne craindrais-tu pas, en tenant ce langage, que le Seigneur ne vînt à te répondre : si je voulais perdre ton ennemi ne devrais-je pas te perdre d'abord ? T'applaudis-tu de ce que tu viens d'être invité ? Mais songe à ce que tu était naguère avant de venir ici. Ne blasphémais-tu pas contre moi ? Ne me tournais-tu pas en dérision ? N'aurais-tu pas voulu effacer mon nom de dessus la terre ? Et tu te glorifies d'être venu à mon invitation ? Ah ! si je t'avais mis à mort quand tu étais mon ennemi, comment aurais-je pu faire de toi mon ami ? Pourquoi donc, par tes prières exécrables, me porter à faire à autrui ce que je n'ai pas fait contre toi ? Ecoute-moi plutôt, dit le Seigneur, je vais t'apprendre à m'imiter. Attaché à la croix je disais : "Pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font." Voilà ce que j'ai appris à mon soldat. Toi aussi apprends à lutter contre le démon : mais tu ne deviendras invincible dans cette guerre qu'en priant pour tes ennemis.
J'y consens toutefois, demande aussi, demande la mort de ton ennemi ; mais demande-le avec prudence, demande-le avec discernement. Ton ennemi est un homme ; mais dis-moi, par où est-il ton ennemi ? La haine qu'il te porte vient-elle de ce qu'il est homme ? Non - D'où ? - De ce qu'il est mauvais - Ainsi sa nature d'homme, sa nature que j'ai formé n'est pas ton ennemie. Effectivement, poursuit le Seigneur, je n'ai pas fait l'homme mauvais, il l'est devenu par son insubordination, pour avoir obéi au diable plutôt qu'à Dieu ; et son inimitié contre toi vient de ce qu'il a fait ; elle vient de sa méchanceté, non de sa nature. Dans lui en effet je vois deux choses : l'homme et l'homme mauvais : or j'efface la faute et je conserve la nature. Le Seigneur ton Dieu ajoute encore : je vais te venger, je vais mettre à mort ton ennemi ; je le délivre de sa méchanceté et je conserve sa nature. Est-ce qu'en le rendant bon je n'anéantis pas ton ennemi pour en faire ton ami ? Prie ainsi quand tu pries : demande, non pas la destruction de l'homme, mais l'extinction de son inimitié. Si en effet tu sollicitais la mort de l'homme lui-même, que serait-ce, sinon la prière d'un méchant contre un méchant ; et quand tu dirais : à mort ce méchant, ne répondrait-on pas : lequel de vous deux ?

En ce temps-là, au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples, il fut bouleversé en son esprit et il rendit ce témoignage :"Amen amen, je vous le dis : l'un de vous me livrera."