Saint Jean Chrysostome

Comment fréquenter utilement l'église

Homélie 23 sur les Actes des Apôtres

1. En nous contruisant ces églises, nos pères n'ont pas prétendu nous convoquer pour nous montrer les uns aux autres; nous avions assez pour cela de l'agora, des bains, et des parades publiques : ils ont voulu mettre en présence les disciples et les docteurs afin qu'ils devinssent meilleurs les uns par les autres. Ce n'est plus désormais qu'une obligation dont on se débarasse, une vaine formalité, une pure habitude. La Pâque vient, grande agitation, foule immense; la fête passée, plus d'agitation, un calme également infructueux. Que de veilles, que de chants ! Et puis quoi de plus ? Un mal peut-être; car plusieurs ne suivent ces exercices que par ostentation. De quelle douleur ne pensez-vous pas que je sois saisi quand tout va se perdre à mes yeux dans un tonneau percé ? - Nous connaissons les Ecritures, me direz-vous assurément. - A quoi bon ? Si votre conduite en donnait la preuve, là serait le gain, vous auriez profité. On pourrait comparer l'église à l'officine d'un teinturier : si vous n'en emportez aucune empreinte, à quoi vous sert d'y venir si souvent ? Vous n'en recevez qu'un plus grand dommage. Qui donc ajoute aux lois qu'il tient de ses pères ?

Du moins nous prions, me direz-vous encore; -Qu'est cela, vous répondrai-je, sans les oeuvres ? Ecoutez ce que le Christ disait : "Quiconque me dit : Seigneur, Seigneur, n'entrera pas dans le royaume des cieux, mais uniquement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux." Matth. , VII, 21. Plus d'une fois la pensée m'est venue de me taire, quand je voyais que vous ne tiriez aucune utilité des mes entretiens. Peut-être m'arrive-t-il, à cause de l'insatiable avidité qui me possède, d'éprouver ce qu'éprouvent les hommes qui poussent jusqu'à la folie l'amour des biens terrestres. De même qu'ils estiment ne rien avoir, quoiqu'ils accumulent sans cesse; de même, absorbé que je suis par la pensée de votre salut, je compte n'avoir rien fait, tant que vous ne déploirez pas plus de zèle; car mon voeu le plus cher est de vous conduire au faîte de la perfection. Je voudrais qu'il en fût ainsi; je me persuade même que mon amour aura atteint ce but, n'eût été votre indolence; et je crains bien de n'être pas dans l'erreur.

Je vous prie donc, je vous en conjure, de ne pas songer uniquement à vous réunir dans l'église, mais d'aviser encore au moyen d'emporter d'ici, quand vous rentrez dans vos demeures, des remèdes propres à guérir chacune de vos passions, remèdes que vous aurez puisé dans l'Ecriture, sinon dans nos instructions.

Un homme est-il sujet à la colère, qu'il écoute avec attention les Livres saints, et bien certainement, il trouvera, soit dans la partie historique, soit dans la partie morale, ce qui convient à son état. Voici quelques sentences tirées de cette dernière : "Un moment de fureur perd celui qui s'y laisse aller." Eccli. I, 28. "L'homme irascible n'a point de modération." Prov., XI, 25 et d'autres semblables. A cela se rapporte encore cette sentence ; "l'homme qui s'abandonne à l'impétuosité de sa langue sera sans direction." Psalm., CXXXIX, 12. Le Christ dit aussi : "Celui qui sans motif s'irrite contre son frère..." Matth. , V, 22. Le Prophète avait dit de plus : "Fâchez-vous, mais ne péchez pas." Psalm. IV, 5. Encore un texte : "Maudite est leur fureur parce qu'elle est opiniâtre." Gen. XLIX, 7. L'histoire lui montrera tantôt un Pharaon et tantôt un roi d'Assyrie périssant l'un et l'autre pour s'être abandonnés à leur emportement.

L'esclave des richesses entendra de son côté : "Rien de plus pervers que l'avare car il met en vente son âme elle-même." Eccli. X, 9. Le Christ lui dira : "Vous ne pouvez servir Dieu et l'argent." Matth. VI, 24. L'Apôtre : "L'avarice est la racine de tous les maux." I Tim. VI, 10; et le Prophète : "Si les richesses abondent, n'y attachez pas votre coeur." Psalm. LXI, 10. Dans les livres historiques, il trouvera Giézi, Judas, les chefs des scribes. N'oublions pas ce mot : "Les présents aveuglent les yeux des sages." Exod. XXIII, 8, Deut. XVI, 19.

Que l'orgueilleux écoute ces paroles : "Dieu résiste aux superbes." Jacob. IV, 6 et puis : "La base de l'orgueil, c'est le péché." Eccli. X, 14. enfin : "Quiconque dont le coeur s'élève est impur devant le Seigneur." Prov. XVI, 5. Dans l'histoire, voyez la chute du diable et celle des autres orgueilleux. Je ne puis pas enumérer tous les vices; qu'il me suffise de dire en général que chaque malade peut choisir dans les divines Ecritures le remède à ses plaies. Si vous ne le prenez pas tout à la fois, commencez aujourd'hui, continuez demain et toujours ainsi jusqu'à ce que la guérison soit complète. Qu'il sagisse de la pénitence, de la confession, de l'aumône, de la modération, de la chasteté, d'une vertu quelconque, là des enseignements et des exemples. "Toutes ces choses en effet furent écrites pour notre instruction." Rom. XV, 4. [...]

En ce temps-là, au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples, il fut bouleversé en son esprit et il rendit ce témoignage :"Amen amen, je vous le dis : l'un de vous me livrera."